La commune
Mairie
SIVOM
Ecole
Social
Bibliothèque
Urbanisme
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Notes historiques 2
notes4.jpgL’abbaye de Cluny portait

de gueules, aux deux clefs d’or posées en sautoir, traversées par une épée à poignée d’or et lame d’argent.

 

 

Les religieux et l’abbaye de Cluny ne possédèrent que peu de temps la seigneurie de Saint-Médard. En 1563, le roi ordonna la mise en vente du temporel de toutes les églises, jusqu’à la concurrence de 100 000 écus. C’est ainsi que Benoist Chollet, pair et bourgeois de La Rochelle, acheta « sur l’édict du Roy, ladicte terre et seigneurie de Saint-Médard, des religieux, abbé et couvent de Cluny, tenant et mouvant du roy, avec tout droict de jurisdiction haute, moyenne et basse ».

 

Dès 1565, Benoist Chollet, seigneur de Saint-Médard, était en procès contre Perette Vigier, dame de Montroy, qui revendiquait la juridiction de Saint-Médard. Benoît Chollet avait épousé, en premières noces, Jeanne Masson, dont il eut :

 

-Jeanne Chollet, épouse de François Manigault, pair de La Rochelle ;

-Jacques Chollet, seigneur des Ormeaux ;

-Etienne Chollet, marchand, bourgeois de La Rochelle.

 

Devenu veuf, Benoist Chollet épousa, en 1565, Colette Morisson, dont il eut Nathanaël Chollet et Marie Chollet. Après son décès, Colette Morisson se remaria à François de Ferrières, marchand et bourgeois de La Rochelle. La famille Chollet ne conserva pas la seigneurie de Saint-Médard.

 

En 1636, Henri de Clermont, seigneur de Montroy, était aussi seigneur de Saint-Médard. Cette seigneurie demeura ainsi attachée à celle de Montroy jusqu’à la Révolution Française.

 

nots5.jpg

 

 Notices sur quelques petits fiefs :

 

La Limandière

 

Situé sur la paroisse de Saint-Médard, le fief et seigneurie de la Limandière, avec ses appartenances et dépendances de prés, maisons, bois, marais, pêcheries, garenne et autres choses, avec droit de juridiction limitée aux amendes de 7 sols 6 deniers, relevait du seigneur de La Motte de Virson, à foy et hommage lige, et au devoir de 10 livres tournois et une garde à mutation de vassal seulement. Les anciens aveux furent rendus aux seigneurs de Surgères avant le XVIe siècle.

 

En 1362, le vendredi avant la Sainte Madeleine, Gaidra De Vaux, chevalier, fournit aveu de son fief de La Limandière au seigneur de Surgères.  Ce fief avait appartenu à Guillaume de Civray et à Pierre de Taunay (ou « Cunay » ?).

 

Le 20 juin 1412, le seigneur de Surgères reçut hommage de la Limandière par Guillaume Sorius, conseiller.

 

Ce fief fut possédé dans la famille de Dones. Jacques De Donnes fourni aveu à Surgères, le 07 avril 1450.Jean De Donnes fut seigneur de La Limandière, entre 1475 et 1496, et rendit ses aveux à Surgères, les 20 août 1475 et 11 juin 1484.Mery De Donnes était seigneur de La Limandière en 1497 et 1500.

page 2/6

 

 page suivante


Date de création : 11/04/2009 08:17
Dernière modification : 13/04/2009 18:46

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Webmaster
Transport en commun
Le journal communal
livre_015.gif
 
 
           
Associations
Santé
Manifestations
Déchetteries
Tourisme
Nos passionnés
 
Design Charly © 2007- Reproduction interdite